Archives de l’auteur : admin

GMOs: Why no labeling in the United States?

http://www.emagazine.com/blog/gmos-why-no-labeling-in-the-united-states1

wpid-gmoslabel-250x177-2014-09-8-17-47.png

By Victoria Vonancken
Conceivably, you would think you know what you are eating everyday. You had some cereal, a Subway sandwich, and then pizza for dinner. But nowadays food is so much more than you would think. What are you actually putting into your body? With the use of genetically modified organisms there could be all sorts of different things deep inside your food that you would never think could be there. The worst part is that in the United States, we are not able to identify if our food has been modified because GMO labeling is not mandated.
Technically, genetically modified organisms or “GMOs” are organisms that are injected with foreign DNA from different animals, bacteria, viruses and plants. The genetic material of these species is completely altered. It is an unnatural process, which is why places like the European Union, Japan, and Australia have already adopted policies mandating the labeling of genetically modified organisms, unlike the United States.
The effects of these GMO foods are questionable. There have been allegations that they are toxic, degrading to the environment and even can increase a person’s risk for cancer.
Possibly Toxic:  “Twelve dairy cows died on a farm in Hesse Germany, after being fed a diet with significant amounts of the GM corn variety, Bt 176.” Other cows in the herd developed a mysterious illness and had to be killed.
Risk for Cancer:
Research conducted by Dr. Pusztai revealed information showing graphic pictures of rats with deforming tumors from the genetically modified potatoes they were given with the hormone rBGH. Due to this study, the government of Canada banned rBGH in 1999. In the United States, rBGH is still injected into ten percent of all dairy cows. Europe has banned it since 1994.
Food allergies: Have you been hearing more and more talk recently about gluten? I am sure that you know at least one person with the allergy. Recently, it’s become so common that it’s almost as trendy as Brooklyn itself. Well, this increased allergy among people could possibly be because of GMOs. The Bt toxin in genetically modified foods can pass through human digestion but has been found that it can puncture holes in our cell walls, just as it does to the insects they are trying to weed away. This in turn can cause intestinal problems in humans, possibly exacerbating the gluten allergy. The trend of gluten allergies and intolerance increasing along with the increased use of GMOs may not be a coincidence.

At least 21 countries and the European Union have established some form of mandatory labeling. In Europe, if any ingredient in a food has .9% or higher of genetically modified organisms, it must be labeled. This gives the people of Europe a choice on whether or not to take part in genetically modified food. The U.S still has no labeling policy.
As the years go on, more information seems to be sneaking out about the truth of genetically engineered foods and their possible adverse effects. Genetically modified organisms are still relatively new and even with these small doses of evidence, there is still so much unknown about GMOS.
For more info:
Just Label It Campaign
Everything you need to know about GMOs
Shock Findings in New GMO Study: Rats Fed Lifetime of GM Corn Grow Horrifying Tumors, 70% of Females Die Early
Should Use Of Genetically Modified Organisms Be Labeled?
Genetically Modified Crops Have Led To Pesticide Increase, Study Finds

Under Strain, France Examine.textClipping

Under Strain, France Examines Its Safety Net

ST.-ÉTIENNE, France — Patrick Jouve, the owner of a game store on the Rue Louis Braille here, assails the government regulations that limit the size of the bright chess set and bouncing balls he has painted on his storefront. If the painting covers more than 36 feet, it constitutes advertising and he has to pay a fee of $1,350.
At 57, Mr. Jouve, is, however, looking forward to the generous government pension that will help pay for his planned retirement in the countryside at 62.
Down the street, Virginie Chargros, a baker’s wife, depends on the $404 monthly “family subsidy” she gets from the government to help raise the couple’s three children. She and her husband work six days a week and bring in about $2,200 a month, but without the subsidy, they would have trouble providing the family with “small pleasures,” she said.
The pervasive presence of government in French life, from workplace rules to health and education benefits, is now the subject of a great debate as the nation grapples with whether it can sustain the post-World War II model of social democracy.
The spiraling costs of cradle-to-grave social welfare programs have all but exhausted the French government’s ability to raise the taxes necessary to pay for it all, creating growing political problems for President François Hollande, a Socialist. The nation’s capability to innovate and compete globally is being called into question, and investors are shying away from the layers of government regulation and high taxes.
But on the streets of this midsize city 325 miles southeast of Paris, the discussion is not abstract or even overtly political. Conversations here bring to life how many people, almost unconsciously, tailor their education, work habits and aspirations to benefits they see as intrinsic elements of their lives.
“You cannot take away guns from Americans, and in the same way you cannot take away social benefits from French people,” said Louis Paris, the 25-year-old son of a couple who live on the Rue Louis Braille, a typical neighborhood in St.-Étienne, which has deep working-class roots and historically has leaned Socialist.
“They won’t stand for it,” said Mr. Paris, who is unemployed and has been searching since leaving college for a full-time job that offers benefits.
This reality on the Rue Louis Braille, named for the Frenchman who invented the system of raised lettering for the blind, helps explain why successive French leaders have made only modest changes in social benefits.
One of the largest buildings on the relatively prosperous-looking first block of the street is the local office for state-financed health benefits. The second block has eight empty storefronts, testimony to the last four years of economic downturn.
The median household income in the city is $25,000, about half the national figure for the United States and slightly lower than the average for France. But that figure does not capture how many things the government pays for here.
In France, most child care and higher education are paid for by the government, and are universally available, as is health care, three of the most costly elements in the budgets of most American families.
The cost of health care in France is embedded in the taxes imposed on workers and employers; workers make mandatory contributions worth about 10 percent of their paycheck to cover health insurance and a total of about 22 percent to pay for all their benefits.
The payroll tax for employers can amount to as much as 48 percent, meaning that for an employee paid $1,000 a month, the cost to the employer would be $1,480, according to French government figures.
For that, the employee gets up to two years of government-paid unemployment insurance. Parents get a monthly payment for each child after the first, starting at $176 for their second child, and most salaried workers are required to take five weeks of vacation, although professionals and those who own businesses, as do many on the Rue Louis Braille, take far less.
The political opposition to even modest cuts in social programs has been intense. Mr. Hollande’s predecessor, Nicolas Sarkozy, a conservative, reduced some social security payments, narrowed the criteria for obtaining unemployment and minimum income benefits and made other proposals he was unable to implement in the face of protests that sometimes drew hundreds of thousands of people into the streets.
Mr. Hollande is facing stiff opposition for a proposal that would require people to work 18 months longer before qualifying for retirement benefits.
The tension between the pressure for budget cuts and the deeply embedded nature of government programs is playing out in individual lives.
Sarah Revet, 31, who lives on Rue Louis Braille, was able to go back to work in a local government office after having children because of a public program that allowed her get a degree that she could use to work in local government. She also had government-subsidized preschool for her 3-year-old and received the government’s family payments, which helped her to afford a babysitter for her 1-year-old.
But when she was laid off because of budget cuts, she did not qualify for unemployment benefits because her job had been part time and temporary.
Yet, she still believes in a government system that ensures that the poor, especially, have an ample safety net.
“I would absolutely make the choice to continue this,” Ms. Revet said.
Just down the street, Mr. Jouve, the owner of the game store Tapis Vert, or Green Carpet, believes that the reason the government is in such dire straits is that there are too many civil servants. Government spending accounts for about 56 percent of France’s gross domestic product, in contrast to 44 percent in Germany and 40 percent in the United States, according to Eurostat, the European Union’s statistics arm.
“There are too many government functionaries,” Mr. Jouve said as he demonstrated magic tricks to a customer. Referring to the city officials who come to measure the dimensions of his storefront painting, he said, “They make up jobs for themselves.”
The mayor, Maurice Vincent, said that there were only 3,500 city employees, but acknowledged that the number did not include the police, the hospital staff, the university’s professors and staff members, and the civil servants who work for the greater metropolitan area. Add those, and the government-paid workers top 25,000.
Mr. Vincent’s office also has several thousand workers on “temporary” contracts of less than three years; the positions were created when unemployment in St.-Étienne reached 17 percent, he said.
Yet small business owners here, along with many employers large and small across the country, say they cannot afford to hire more workers because of the mandatory 48 percent in payroll taxes on top of wages.
Mireille Rogers, who lives on the Rue Louis Braille, runs the Babet Center, a nonprofit social service organization supported by the government that serves one of the city’s poorest neighborhoods.
Since most of the center’s clients live in an area where at least one in four young people are jobless, they see government aid as a necessity.
“I would be glad to pay more in payroll taxes so that there would be more for others,” Ms. Rogers said.
Some people at the center receive an income supplement from the government to ensure that they have a minimum amount to live on. In September, that was $1,664 for a single person and about $3,100 for a family of four with children over the age of 3. Some people also qualify for a housing subsidy and other benefits.
“The state has put in place a system,” said Salvatore Garaffa-Botta, a butcher and the deputy secretary of the largest union in St.-Étienne, the C.G.T. “But we are also slaves to this system.”
<img src= »http://meter-svc.nytimes.com/meter.gif »/>

Maïa de la Baume contributed reporting.

Le moment le plus dangereux pour l’humanité depuis la crise des missiles cubains

Le moment le plus dangereux pour l’humanité depuis la crise des missiles cubains
07 OCTOBRE 2013 |  PAR MILOO

Like

Recommend

867

La piscine de combustibles usés de l’unité n°4

wpid-preparation_unite_4_enlevement_combustible_piscine_-2013-10-14-12-59.jpg

 
Note: Ne pas oublier de lire les commentaires qui apportent des précisions sur la véracité de cet article.
Nous sommes actuellement à deux mois du moment le plus dangereux peut-être pour l’humanité depuis la crise des missiles cubains.
Il n’y a aucune excuse à ne pas agir. Toutes les ressources que notre espèce peut rassembler doivent se focaliser sur la piscine de l’unité 4 de Fukushima.
Le propriétaire de Fukushima, Tokyo Electric (Tepco), dit que d’ici 60 jours va commencer une tentative pour enlever plus de 1300 barres de combustible usagé d’une piscine en très mauvais état perchée à 30 mètres du sol. La piscine repose sur un édifice sévèrement endommagé qui penche, s’enfonce et qui pourrait facilement s’effondrer avec un autre séisme, si ce n’est pas de lui-même.
 
Pour un regroupement international visant à donner les moyens à Tepco et au Japon de résoudre cette crise, vous pouvez signer la pétition ici : http://www.nukefree.org/crisis-fukushima-4-petition-un-us-global-response
 
Les quelques 400 tonnes de combustible de cette piscine pourraient libérer 15.000 fois plus de radiations qu’Hiroshima.
Une chose est sûre concernant cette crise, c’est que Tepco n’a les ressources ni scientifiques, ni techniques, ni financières pour la gérer. Pas plus que le gouvernement. La situation demande un effort mondial coordonné des meilleurs scientifiques et ingénieurs que notre espèce peut rassembler.
Pourquoi est-ce aussi sérieux ?
Nous savons déjà que des milliers de tonnes d’eau largement contaminée s’écoulent sur le site de Fukushima, entraînant un brouet diabolique d’isotopes à longue vie vers le Pacifique. Des thons irradiés par des retombées imputables à Fukushima ont déjà été pêchés au large de la Californie.
Nous pouvons nous attendre à bien pire.
Tepco continue à déverser toujours plus d’eau sur un site proche de trois cœurs de réacteur en fusion qu’il doit continuer à refroidir coûte que coûte. Des panaches de vapeur indiquent qu’une fission pourrait se poursuivre quelque part en souterrain. Mais personne ne sait exactement où se trouvent exactement ces coriums.
Une grande partie de cette eau irradiée se trouve maintenant dans un millier d’immenses mais fragiles réservoirs qui ont été assemblés à-la-va-vite et éparpillés autour du site. Plusieurs fuient déjà. Ils pourraient tous être fracassés par un prochain séisme, libérant des milliers de tonnes de poisons permanents dans le Pacifique.
L’eau qui coule à travers le site déstabilise aussi les structures subsistantes de Fukushima, dont celle supportant la piscine de l’unité 4.
Plus de 6000 assemblages de combustible reposent dans la piscine commune à juste 50 mètres de l’unité 4. Certains contiennent du plutonium. La piscine ne possède aucun confinement au-dessus. Elle est vulnérable à une perte de refroidissement, à l’effondrement d’un bâtiment proche, à un autre séisme, à un autre tsunami.
Au total, plus de 11.000 assemblages de combustible sont dispersés sur le site de Fukushima. Selon Robert Alvarez, expert de longue date et ancien responsable du département de l’énergie, il y a 85 fois plus de césium léthal sur le site qu’il n’y en a eu de libéré par Tchernobyl.
On continue de trouver des « points chauds » de radioactivité un peu partout au Japon. On entend parler d’une intensification des taux de problèmes thyroïdiens parmi les enfants de la région.
Dans l’immédiat, l’essentiel est que ces barres de combustible doivent sortir de la piscine de l’unité 4 dès que possible.
Juste avant le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 qui ont détruit le site de Fukushima, le cœur de l’unité 4 avait été enlevé pour maintenance et rechargement de routine. Comme quelques deux douzaines de réacteurs aux US et d’autres biens trop nombreux dans le monde, la piscine conçue par General Electric dans laquelle repose aujourd’hui le cœur se trouve à 30 mètres en l’air.
On doit toutefois garder immergé le combustible usagé. C’est son revêtement, un alliage de zirconium, qui s’enflammerait spontanément s’il était exposé à l’air. Longtemps utilisé dans les ampoules de flash des appareils photos, le zirconium brûle avec une flamme chaude extrêmement vive.
Toute barre exposée émet suffisamment de radiations pour tuer en quelques minutes quiconque se trouve à côté. Un embrasement pourrait obliger tout le personnel à quitter le site et rendrait inopérable la machinerie électronique.
Selon Arnie Gundersen, ingénieur depuis 40 ans dans l’industrie nucléaire pour laquelle il fabriquait autrefois des barres de combustible, celles du cœur de l’unité 4 sont inclinées, endommagées et fragilisées au point de s’effriter. Les caméras ont montré d’inquiétantes quantités de débris dans la piscine, qui est elle-même endommagée. [Dans une interview, Arnie disait : « Ils ont admis que tout le bore s’était désintégré. Cela peut enclencher une réaction en chaîne nucléaire si les barres arrivent en contact les unes des autres dans la piscine. »]
Les risques techniques et scientifiques pour le vidage de la piscine de l’unité 4 sont spécifiques et redoutables, dit Gundersen. Mais ce doit être fait avec 100 % de perfection.
Que la tentative échoue, les barres pourraient se retrouver exposées à l’air et prendre feu, dégageant d’horribles quantités de radiations dans l’atmosphère. La piscine pourrait même s’écraser au sol, déversant les barres dans un tas qui pourrait entrer en fission et peut-être exploser. Le nuage radioactif qui en résulterait menacerait la santé et la sécurité de nous tous.
La première retombée de Tchernobyl en 1986 a atteint la Californie en dix jours. Fukushima en 2011 est arrivé en moins d’une semaine. Un nouvel incendie de l’unité 4 déverserait un flot continu de poisons mortels radioactifs pendant des siècles.
L’ancien ambassadeur Mitsuhei Murata dit que des rejets à grande échelle de Fukushima « détruiraient l’environnement mondial et notre civilisation. Ce n’est pas compliqué, ça dépasse tout débat sur les centrales nucléaires. C’est un problème de survie humaine. »
Ni Tokyo Electric, ni le gouvernement du Japon ne peuvent faire cela tout seuls. Il n’y a aucune excuse au déploiement concerté d’une équipe coordonnée des meilleurs scientifiques et ingénieurs de la planète.
Nous avons tout au plus deux mois pour agir.
Pour le moment, nous envoyons une pétition aux Nations-Unies et au président Obama pour mobiliser la communauté mondiale scientifique et technique afin qu’elle prenne en charge Fukushima et le travail de la mise en sécurité de ces barres de combustible.
Vous pouvez signer la pétition à : http://www.nukefree.org/crisis-fukushima-4-petition-un-us-global-response
Si vous avez une meilleure idée, donnez-y une suite s’il vous plaît. Mais faites quelque chose et faites-le maintenant.
Partagez cet article le plus largement possible et faites tourner la pétition. 
L’heure tourne.
 
http://lesmoutonsenrages.fr/2013/08/19/le-prochain-enlevement-du-combustible-du-reacteur-4-de-fukushima/
http://www.nukefree.org/editorsblog
http://www.globalresearch.ca/humankinds-most-dangerous-moment-fukushima-fuel-pool-at-unit-4/5350779
 La roadmap de tepco (http://www.tepco.co.jp/en/nu/fukushima-np/roadmap/images/t120730_03-e.pdf):
 
wpid-roadmap-2013-10-14-12-59.png

TOUS LES COMMENTAIRES
10/10/2013, 17:37 | PAR MICHEL DE PRACONTAL
L’accident de Fukushima, le plus grave survenu dans l’industrie nucléaire depuis celui de Tchernobyl, a été abondamment traité par Mediapart, avec un souci constant de rapporter une information aussi précise et exacte que possible. Il n’est pas question ici de minimiser les conséquences de Fukushima. Mais le billet ci-dessus est truffé d’erreurs, d’inexactitudes, d’approximations, d’extrapolations et d’exagérations qui donnent de la situation une image confuse et trompeuse. Or celle-ci est suffisamment préoccupante en elle-même pour qu’il ne soit utile ni de la caricaturer, ni de la déformer. Quelques points importants doivent être soulignés en priorité :
• Le problème de la piscine du réacteur n°4 n’a rien de nouveau. Il a été considéré dès le début de l’accident, par Tepco comme par l’autorité nucléaire japonaise, comme l’un des principaux points à traiter. C’est pourquoi l’évacuation des combustibles usés contenus dans cette piscine est considérée comme prioritaire.
• L’opération consistant à retirer ces combustibles pour les placer dans un lieu plus sûr est assurément complexe et demande de nombreux préparatifs. Cette opération est censée débuter en novembre, si toutefois Tepco réussit à respecter sa feuille de route, ce qui n’est pas certain.
• Depuis 2011, des informations alarmantes concernant cette piscine ont circulé. Elles ont été principalement relayées par un certain Arnie Gundersen, présenté dans le billet ci-dessus comme un ingénieur du nucléaire ayant 40 ans d’expérience, ce qui ne correspond pas à la réalité. Gundersen n’a pas travaillé dans l’industrie nucléaire depuis 1990 et son expérience des réacteurs nucléaires se limite à s’être occupé d’un réacteur de recherche au Rensselaer Polytechnic Institute. Il n’est donc pas un expert très qualifié de la production d’électricité nucléaire. Les prédictions dramatiques de Gundersen ne se sont pas réalisées jusqu’ici, et le combustible de la piscine n°4 est moins actif qu’il y a deux ans.
• L’affirmation selon laquelle les gaines de zirconium qui protègent les barres de combustible s’enflammeraient spontanément si elles étaient exposées à l’air libre est fantaisiste. Le zirconium est inflammable à l’état de poudre mais l’alliage qui constitue les gaines de combustibles est stable et résiste à la corrosion, c’est pour cela qu’il a été choisi. L’auteur du billet semble confondre le zirconium et le sodium. 
• L’idée que les combustibles de la piscine n°4 pourraient déclencher une catastrophe suffisante pour menacer la survie de l’humanité est un pur non-sens. Même si ces combustibles libéraient une quantité importante de radioactivité dans l’environnement, elle serait de toute façon inférieure à celle qui a déjà été relâchée pendant les premiers jours et semaines de l’accident.
• Pour autant, la situation n’est assurément pas sous contrôle à Fukushima, contrairement à ce qu’a affirmé le premier ministre japonais, Shinzo Abe. Le problème actuellement le plus préoccupant est l’accumulation de centaines de milliers de tonnes d’eau radioactive dans des réservoirs dont l’étanchéité et la résistance n’est pas garantie. Ce problème n’est pas résolu et occupe beaucoup Tepco depuis plusieurs mois, de sorte que le retrait des éléments combustibles de la piscine n°4 pourrait être retardé.
En résumé, Fukushima est une crise grave, non résolue, qui justifie largement l’arrêt du nucléaire au Japon. Mais ce n’est ni la fin du monde, ni celle de l’humanité, ni le moment le plus dangereux depuis la crise de Cuba, et les extrapolations apocalyptiques ne contribuent certainement pas à éclairer le débat sur le nucléaire.   
Les lecteurs intéressés sont invités à se reporter aux articles en lien ci-dessous : http://www.mediapart.fr/journal/international/230813/fukushima-cette-crise-que-le-monde-voudrait-oublier
http://www.mediapart.fr/journal/international/160712/fukushima-le-rapport-qui-change-tout
http://www.mediapart.fr/journal/international/060611/fukushima-lagence-japonaise-de-surete-nucleaire-revise-les-retombees-la
 

12/10/2013, 12:29 | PAR MILOO EN RÉPONSE AU COMMENTAIRE DE MICHEL DE PRACONTAL LE 10/10/2013 À 17:37
Merci de toutes vos précisions. Je ne faisait que relayer cet article et il semble effectivement qu’il soit trop alarmiste. Il n’empêche que la pétition sera utile car il semble bien que Tepco et le gouvernement Japonais ne soient pas en mesure de contrôler cette crise de façon satisfaisante.
Il était peut être nécéssaire d’alerter l’opinion en tapant fort? Mais vous avez raison que crier au loup avec de mauvais argument déssert la cause anti nucléaire plutot que de la servir.

11/10/2013, 16:58 | PAR LOISCARIE
Ce n’est pas grand chose, mais si vous souhaitez avoir plus de signatures pour cette pétition, placez-là en haut de votre article avec un gros bouton « Signer la pétition ».

13/10/2013, 12:58 | PAR STEPHANG
Merci beaucoup Michel de Précontal pour vos précisions éclairées … à la fin de l’article, j’étais persuadé que nous allions tous ensemble connaître la fin de l’Histoire.
Bazar,  quel stress ! … je ne suis pas sûr que nous ayons besoin de cela.
Y-a-t-il quelques intérêts derrière tout cela ? lesquels ?
Est-ce que le journal doit garder de tels post de blog ?
D’ailleurs vous devriez séparer graphiquement la maquette du site entre journal et blogs. C’est parfois confus.

La centrale du Port-Est inaugurée – Orange – Ile de la Réunion

La centrale du Port-Est inaugurée

wpid-0443296001381488428-2013-10-12-16-09.jpg
centrale thermique de Port-Est
EDF a inauguré ce vendredi 11 octobre 2013 la centrale du Port-Est. Depuis la fin 2012, ses 12 moteurs, fonctionnant au fioul, ont progressivement pris le relais de ceux de l’ancienne usine du Port-Ouest. Cette dernière a été définitivement arrêtée le 18 avril 2013.
D’une puissance de 210 MW, la centrale du Port-Est a été construite afin de remplacer le site de production du Port-Ouest, qui a fourni de l’électricité pendant plus de 50 ans. Son rôle : faire face à la croissance structurelle de la consommation d’électricité des Réunionnais et répondre aux besoins de l’île constatés dans la Programmation pluriannuelle des investissements arrêtée par l’Etat.

À noter que le groupe EDF a investi 500 millions d’euros pour ce nouveau moyen d’électricité.

La centrale du Port-Est inaugurée – Orange – Ile de la Réunion
http://reunion.orange.fr/news/reunion/la-centrale-du-port-est-inauguree,680358.html

Le poisson c’est maximum deux fois par semaine – Orange – Ile de la Réunion

Le poisson c’est maximum deux fois par semaine

  1. Envoyer par mail
  2. Facebook
  3. Twitter
  4. RSS
  5. NetVibes
  1. wpid-a-decrease-2013-07-6-15-04.gif wpid-a-increase-2013-07-6-15-04.gif
  2. imprimer
  3. une réaction

wpid-104627-2013-07-6-15-04.jpg
Jeudi 10 Novembre 2011Pêche de daurades coryphène
Dans un avis rendu public ce vendredi 5 juillet 2013, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) recommande de consommer au maximum deux portions de poisson par semaine. Il s’agit, selon l’Agence, d’établir un équilibre entre les besoins nutritifs et les risques de contamination au mercure ou aux PCB (Polychlorobiphényle, des polluants organiques persistants, classés « cancérogènes probables »). L’Agence émet également des mises en garde sur la consommation de plusieurs espèces de poissons d’eau douce et de certaines autres espèces, en particulier chez les femmes enceintes ou les jeunes enfants.
« Le poisson et les produits de la pêche possèdent des qualités nutritionnelles précieuses qui en font des aliments particulièrement intéressants au plan nutritionnel », indique l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’Alimentation, citée par destinationsante.com. « Cependant, du fait qu’ils vivent en contact permanent avec l’environnement, les aliments qui en sont issus sont susceptibles d’être contaminés par des substances chimiques (méthylmercure) mais également par des micro-organismes (bactéries, parasites) » remarque l’ANSES.

L’ANSES recommande donc de consommer du poisson au maximum deux fois par semaine dont un poisson gras, à forte teneur en oméga 3. Par exemple du saumon, de la sardine, du maquereau, du hareng. L’Agence souligne par ailleurs qu’il est important « de limiter à 2 fois par mois la consommation de poissons d’eau douce, fortement bio-accumulateurs » note destinationsante.com. Cette recommandation et valable pour la population générale, mais à une fois tous les deux mois pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes ainsi que les enfants de moins de trois ans, les fillettes et les adolescentes.

Les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que les jeunes enfants sont également invités à limiter leur consommation de poissons prédateurs sauvages (lotte, loup ou bar, bonite, anguille, grenadier, flétan, brochet, dorade, raie, sabre, thon) et même à éviter celle d’espadon, marlin, siki, « en raison du risque lié au mercure », indique 20minutes.fr.

Cet avis de l’ANSES, écrit destinationsante.com, est également l’occasion de rappeler des conseils précieux aux consommateurs. Les adeptes du poisson cru doivent par exemple vider rapidement le poisson après l’achat ou demander au poissonnier de le faire. Avant de le consommer, il est impératif de le congeler pendant au moins 7 jours. Concernant les coquillages, il faut toujours s’assurer qu’ils proviennent d’une zone d’élevage autorisée et contrôlée. L’Anses souligne que la consommation de ces produits est spécifiquement déconseillée aux populations « sensibles » (femmes enceintes, jeunes enfants, personnes âgées, ou immunodéprimées ou souffrant de pathologies comme le cancer ou le diabète) tout comme celle de crustacés décortiqués vendus cuits souligne 20minutes.fr.

Saisie il y a un an par les autorités pour faire le point, l’Anses indique avoir « étudié différents scénarios » en tenant compte à la fois des « effets bénéfiques sur la santé » de la consommation des acides gras oméga 3 qu’on trouve principalement dans les poissons gras et du niveau de contamination des poissons en dioxine, MeHg (mercure organique) et PCB (polychlorobiphényles, isolant utilisé dans l’industrie) « dont l’action toxique est particulièrement importante pendant la période périnatale » cite 20minutes.fr.

Les effets positifs des oméga 3 ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques ces dernières années, qu’il s’agisse de leur effet protecteur face à certains cancers, comme celui du sein, ou de leur intérêt pour le coeur. Ils pourraient également jouer un rôle dans le fonctionnement cérébral.

Mais un nombre croissant d’experts s’inquiètent de l’aggravation de la pollution des eaux de mer et de rivières par des produits toxiques allant des hydrocarbures aux métaux lourds : selon une étude publiée en janvier dernier juste avant l’adoption d’une Convention internationale sur le mercure, la déforestation dans le monde s’est traduite par un déversement dans les lacs et rivières de quelque 260 tonnes de mercure auparavant retenues dans les sols, tandis que les quantités de mercure présentes dans les 100 premiers mètres de profondeurs des océans ont doublé en 100 ans, indique l’Agence France Presse (AFP).

Le poisson c’est maximum deux fois par semaine – Orange – Ile de la Réunion
http://reunion.orange.fr/news/reunion/le-poisson-c-est-maximum-deux-fois-par-semaine,661972.html

Étang St-Paul-Septembre 2012

Un grand merci aux contributrices dont Pilou, Françoise, … pour leurs photos.
C’est un groupe encore élargi qui se retrouve au portail de l’entrée de la Réserve Nationale Naturelle, dont on pourra se faire une idée en consultant ce document  et en cliquant  ici.
Fabrice l’éco-garde est arrivé très tôt et part organiser la sortie. Puis arrive Nicolas et les kayaks qui rejoint Fabrice tandis que l’on attend les derniers arrivants.
Le groupe s’engage alors dans la magnifique allée conduisant au bord de l’étang : c’est toute la magie des anciens domaines de Bourbon qu’évoquent ces grands arbres alignés.
wpid-DSCN1614.JPG-2013-07-6-11-45.jpg
Allée cocos Photo de Pilou

Arrivés à l’embarcadère, nous aidons à installer kayaks, gilets et pagaies puis Nicolas nous fait les recommandations nécessaires à la navigation. Fabrice présente ce milieu naturel protégé selon le principe maintenant répandu d’une périphérie ouverte au public et d’un cœur totalement protégé en théorie. La création de la Réserve remonte à 2008 à une époque où les eaux de l’étang avaient un niveau plus élevé que maintenant. L’embouchure ayant été dégagée à l’occasion d’un épisode très pluvieux les eaux ont baissé et les anciens occupants des terrains dégagés ont demandé à les récupérer. On retrouve ici le problème récurrent du cadastre et des questions qu’il soulève.
wpid-IMG_0002.JPG-2013-07-6-11-45.jpg
Commencent alors les travaux d’embarquement où chacun se positionne en fonction de son expérience nautique ou de ses appréhensions aquatiques.
wpid-DSCN1650.JPG-2013-07-6-11-45.jpg
Photo de Pilou
La flottille s’éparpille le long du canal et finit par se regrouper. Les explications botaniques se perdent un peu dans l’euphorie communicative de la découverte d’un exceptionnel milieu naturel par des moyens non conventionnels : nous ne cesserons de remercier Christine qui a tout orchestré sans oublier Nicole qui a assuré.
wpid-P1110898.JPG-2013-07-6-11-45.jpg
Photo de Françoise Lemblin 
Nous retiendrons à ce stade la présence de laitues (28 Pistia stratiotes Laitue d’eau ARACEE pantropicale) et de jacinthes (9 Eichhornia crassipe Jacinthe d’eau PONTEDERIACEE Amérique du Sud) déjà observées à l’embouchure de l’Étang, au ras de l’eau, derrière lesquelles se dressent les persicaires (25 Persicaria poiretii Persicaire POLYGONACEE endémique M), puis les houppes des papyrus (8 Cyperus papyrus Papyrus CYPERACEE Afrique, Madagascar), où parfois se hissent les lianes de sept ans (Ipomoea cairica Liane de sept ans CONVOLVULACEE paléotropicale) dont les fleurs mauves évoquent le liseron. Partout les songes noirs (4 Colocasia esculenta Songe ARACEE Pacifique ?). Et en cherchant bien au milieu des laitues, on finit par trouver de minuscules feuilles de lentille d’eau (19 Lemna aequinoctialis Lentille d’eau ARACEE cosmopolite).
La flottille retrouve un groupe de manœuvres partis dégager le canal des envahissantes jacinthes. Nous les saluons au passage. Mais plus loin après avoir rejoint un autre canal de l’étang, la végétation flottante arrêtera définitivement notre progression. Retour.
Ayant retrouvé la terre ferme, nous aidons à ranger le matériel avant de reprendre nos explorations botaniques. Un superbe Talipot “Le Guelte” d’une dizaine d’années nous attend. Lorsqu’il fleurira, son tronc sera formé et son aspect aura changé. ??? L’arbre pour l’instant nous sert d’arrière-plan pour de nombreuses photos du groupe.
Dans la végatation dense nous retrouvons de jeunes et difficilement reconnaissables Totos Margot. Dans les herbes alentour sont repérés des Zerbes tombées (rouges, à ne pas confondre avec l’herbe tombée des services malbars), des Zerbes à bouc (froissées, les feuilles dégagent une forte odeur de bouc), des Zerbes de l’eau (Commelina diffusa (Petite) herbe de l’eau COMMELINACEE Afrique), et un Héliotrope scorpoïde ??? .
Au-dessus de nous un Ylang-ylang en fleurs et plus loin un Latanier ou Palmier fontaine (Livingstonia je présume, mais je présume mal puisqu’il s’agit du Livistona chinensis (Jacq.) R. Br. ex Mart.) côtoient des Movas ou Ibiscus de bord’mer.
Un Thevetia peruviana permet quelques rappels anatomiques et vernaculaires.
Un pied de Bois malgache est l’occasion de rappeler que cet arbre servait à la confection de manches d’outils.
wpid-IMG_0022-2013-07-6-11-45.jpg
Voune
Nous retournons par l’allée des cocotiers flanquée de chaque côté d’un petit canal où nous découvrons de nouvelles plantes et plantules. À côté des omniprésentes tiges de Voune (18 Juncus effusus Jonc JUNCACEE indigène ?) qui servent à l’empaillage des chaises du Gol, il y a là de la Canne maïs qui elle sert à l’alimentation du bétail, ainsi que de hautes tiges de Fataque millet, et des spécimens d’Indigo café.

Dans la profusion végétale alentour sont repérés des exemplaires d’herbe tam tam (13 Hydrocotylebonariensis Herbe tam-tam ARALIACEE paléotropicale) alias Ombilic de Vénus, des fougères de l’eau, de grimpantes Lianes de sept ans (15 Ipomoea cairica Liane de sept ans CONVOLVULACEE paléotropicale) et leurs fleurs pareilles au liseron, mais de couleur mauve, et des Lianes zano (Thunbergia xxx ???) dont la graine ??? permet de faire une boucle d’oreille végétale.
wpid-IMG_0030.JPG-2013-07-6-11-45.jpg

Sur l’eau ou à ses abords, des fougères flotantes (32 Salvinia molesta SAVINACEE Amérique tropicale Fougère flottante IMG 0030) (ci-dessus) dont nous retrouverons les congénères dans un autre canal aux abords du stade où nous allons pique-niquer, face à la maison du « colom » (commandeur et non colon), belle bâtisse de basalte qui devait autrefois présider aux destinées d’un domaine mais dont les fenêtres et autres ouvertures sont désormais murées.
En fait, le document proposé en consultation au début de ce compte-rendu en haut de page précise que :
La Grande Maison de Savanna a été construite vers la deuxième moitié du XIX ème siècle.
Cette maison qui se trouve à l’arrière de l’usine servait à l’origine de logement à son directeur. C’est une grande bâtisse à un étage dont la toiture, d’abord en bardeaux, a été remplacée par des feuilles de tôle après le cyclone de 1948. Depuis cette date, la Grande Maison a servi d’entrepôt de stockage du sucre, la plupart des fenêtres ont été murées et l’ensemble n’est plus entretenu.
Un parc et 3 viviers jouxtaient la maison. Les poissons comestibles qui étaient élevés dans ces viviers permettaient de nourrir les propriétaires et le personnel de l’usine.
Ainsi de l’autre côté de l’allée, nous pouvons distinguer trois grandes dépressions. Ces dépressions correspondent à l’emplacement des anciens viviers. Les viviers contenaient des espèces souvent déjà présentes dans l’Etang de Saint-Paul. Cependant certaines espèces provenant d’autres îles ont été élevées ici comme les gouramiers (Osphronemus goramy), une variété assez rare de poissons de rivière.
En nous rendant du parking à l’ère de pique-nique, nous avons trouvé trois magnifiques spécimens, l’un de kapokier, l’autre de Bois noir et enfin un arbre à chewing gum (???) dont le nom scientifique pose problème. Quelques Pongames etMalayes sont espacés le long du chemin. Le Malaye (Morinda citrifolia Malaye RUBIACEE Exotique) alias nono est une plante qui a connu un certain succès quand le chikungunya a frappé l’île car le jus que l’on en tire est censé avoir des vertus curatives  (Photo M.S.). Les fruits dégagent une puanteur abominable. Les tortues en raffolent.
Fabrice qui a toujours répondu avec une extrême amabilité à nos questions nous fait part des aléas de la réserve. Un épisode cyclonique a permis aux écrevisses d’Australie de l’élevage voisin de ganger l’étang où elles font des ravages. Il nous raconte qu’un jour alors qu’avec ses collègues ils ramenaient un filet pris aux braconniers dont une partie traînait dans l’eau, ils ont constaté une fois à terre que les poissons pris dans le filet avaient été cisaillés par les pinces des crustacés. Fabrice nous parle encore de sa mission d’éducation auprès des scolaires et des progrès dans la sensibilisation du public et des populations vivants aux abords de l’étang aux menaces qui pèsent sur un milieu naturel exceptionnel par sa richesse et chargé d’histoire. Nous saluons son implication et son dévouement.

CBNM

La forêt semi-sèche de l’Ouest reconstituée

[mantra-pullquote align= »left|center|right » textalign= »left|center|right » width= »33% »]wpid-psida_and_i_med_med-2013-07-5-18-28.png[mantra-pullquote align= »left|center|right » textalign= »left|center|right » width= »33% »][/mantra-pullquote]
Nous allons bientôt monter les marches qui mènent à l’ancien domaine de Chateauvieux qui surplombe la Baie de Saint-Leu. Ce long escalier se gravit toujours avec délectation à l’ombre fraîche des hauts arbres qui le bordent, figures tutélaires gardiens de ces lieux d’histoire dans la claire lumière d’un matin d’hiver austral : entre les frondaisons, un ciel d’un bleu intense, immaculé : « de l’éternel azur la sereine ironie ».
L’objet de cette sortie est de retrouver reconstituée autant que faire se peut la forêt semi-sèche originelle, désormais disparue, qui autrefois s’étalait entre la côte et sa forêt sèche elle aussi disparue, et les Hauts. Ce que nous allons explorer est une forêt reconstituée et entretenue par le Conservatoire Botanique National de Mascarin.
Nicole CRESTEY mentionne aussi d’autres efforts allant dans le même sens, ceux de l’APN de Raymond Lucas, l’auteur de Cent plantes endémiques et indigènes de la Réunion – Azalées éditions :
http://www.lansiv-kreol.net/environ_ruiziacordata.htm
http://www.youtube.com/watch?v=NHxcGQTyywA 
On notera que certains Lataniers rouges, endémiques, commandés pour la Route des Tamarins pour là encore suivre une politique de sauvetage, ayant attendu trop longtemps et devenus trop gros sont envoyés à la décharge.
À titre anecdotique, mentionnons encore qu’un certain pied de Bois de chandelle d’une certaine commune du Sud a coûté sept cent mille nouveaux Francs en son temps pour être déplacé et sauvé. Il est maintenant rongé par les maladies et autres prédateurs.
Il demeure que la Réunion est un site exceptionnel : grâce à sont relief tourmenté et montagneux, elle a pu préserver 40 % de sa végétation originelle.
Les marches furent donc gravies et au cours de l’ascension un arrêt au bassin des Laitues d’eau a permis de mieux les observer (photo ci-dessus) : cette Aracée a des poils hydrophobes et se retourne quand on la retourne sur l’eau.

Le long des marches, le Muguet péï, qui a déjà fleuri.
wpid-bauhinia_dafrique_du_sud_med-2013-07-5-18-28.jpeg
Le Bauhemia d’Afrique du Sud (ci-dessus)  a quatre pétales identiques.
Le « Benjoin » local aurait des vertus médicinales et a été victimes des tisaneurs et autres personnes à la recherche des bénéfices de ses vertus.
Toujours aux abords des marches montant au domaine, un Palmiste poison (ou Palmiste cochon, Hyophorbe indica) donne la gratte au cochon dont la gorge douloureuse le conduit à manger toujours plus pour soulager sa gêne : il engraisse.
Une fois contourné le superbe bâtiment qui abrita la famille de Chateauvieux nous suivons une allée bordée de Ti ouète, dont les boules contiennent une ouate qui vole au vent.
Sur un emplacement qui reconstitue la végétation de bord de mer, un tapis de (1) Patate cochon qui a le même habitat que la Patate à Durand, et un peu son aspect. On trouve ici le Veloutier du bord de mer et la Saliette qui exsude le sel par ses feuilles.
Puis le long du sentier qui parcourt la forêt semi-sèche reconstituée, sont observés :
[Les numéros entre parenthèses sont ceux de la liste]
wpid-14_2_clerodendron_heterophy_med-2-2013-07-5-18-28.jpeg

(14) Bois de chenille, ci-dessus, hétérophylle

wpid-10_aloe_macra_mazambron_med_med-2013-07-5-18-28.jpeg

(10) Mazambron marron (ci-dessus) , seul aloès de la Réunion. Médicinal.

wpid-19_2_polyscias_cutispongia__med-2013-07-5-18-28.jpeg

(2) (19) Le Bois d’éponge (ci-dessus)
(25) Bois de Demoiselle
(27) Bois de sinte a de petites feuilles
() Carissa spinarum est une espèce d’arbuste épineux protégé de la famille des Apocynaceae qui a aussi de petites feuilles pour résister à la sécheresse.
(15) Ti bois de senteur
wpid-26_2_ruizia_cordata_bois_de_med-2-2013-07-5-18-28.jpeg

(26) Bois de senteur (ci-dessus)
(16) Le Bois d’huile était utilisé pour les torches.
(18) Bois puant
(17) Le Bois de balai est une Rubiacée aux feuilles opposées.
wpid-28_1_stillingia_lineata_med_med-2013-07-5-18-28.jpeg

(28) Le Tanguin péï (ci-dessus) au fruit tricoque caractéristique est une Euphorbiacée.
(20) La liane savon aux pilosités de velours mousse quand agitée dans l’eau.
(9) La Mauve dont les fleurs offrent leur nectar loin du pollen ne favorise pas la pollinisation par les abeilles. Butiner lAbutilon exstipulare n’est sans doute pas une stipulation au contrat naturel.
(41) Psiadia dentata est une plante endémique qui a son wiki .
wpid-55_pleurostylia_pachyphloea_med-2-2013-07-5-18-28.jpeg

(55) Le Bois d’olive grosse peau (ci-dessus) hétérophylle, a des feuilles pointues, émargées ??? puis arrondies.
(40) Le Bois blanc rouge est le Zévi marron.
() Le Bois de cabri possède d’énormes domaties.
(59) Le Bois d’ortie attire le papillon Salamis augustina.

wpid-39_2_polyscias_rivalsii_med_med-2013-07-5-18-28.jpeg

(39) Le Bois de papaye (ci-dessus) offre de belles cicatrices.
() Change écorce
() Grand natte
(61) Bois de pintade
(46) Le Bois de prune a des feuilles comme celles du houx quand il est jeune.
(60) Le Bois de fièvre combat … la fièvre. Est-il dioïque ? Voir ici. De di- (« deux ») et du grec ancien οἷκος, oïkos (« maison ») : ces plantes ont les fleurs mâles et les fleurs femelles sur des pieds différents.
(47) Bois dur
(66) La Liane d’olive est une Apocynacée au latex blanc.

wpid-53_3_indigofera_amoxylum_me_med-2013-07-5-18-28.jpeg

(53) Bois de sable (ci-dessus)
(43) Bois noir des hauts
À noter que nombre de ces arbustes et arbres bénéficient d’un environnement propice et se développent pleinement ce qui en modifie l’aspect habituel. Par ailleurs, nombre de ces plantes et arbustes ne se trouvent plus dans la nature, leur habitat ayant été envahi par les activités anthropiques.
La visite se termine à la cafeteria dont les produits sont très appréciés.